Site en travaux

Attention : un problème technique (serveur SQL) empêche l'accès à cette partie du site. Merci de votre compréhension.
PROJET ANR VULAGE

Parcours de vulnérabilité au grand âge : « l’usager », « le malade », « le majeur protégé »

Résumé

Les lois et dispositifs prenant en compte la question des vulnérabilités au grand âge partagent un certain nombre d’orientations. Promotion de l’autonomie et responsabilisation accrue de l’individu deviennent des principes normatifs, voire des règles de droit, à tous les moments de son parcours. Ces normes se prolongent aussi par celle de la responsabilisation des proches, voire des professionnels, lorsque la personne n’est plus en situation d’assurer seule les décisions qui la concernent. A tous ces moments, ces tiers sont chargés d’assurer la préservation de l’autonomie et la représentation des intérêts de la personne dans les décisions à prendre (santé, mode de vie et en établissement, production de services de soutien, répartition entre des proches et des professionnels).

Ce projet a un double objectif :

- Premièrement identifier les différentes acceptations, définitions et indicateurs de la vulnérabilité présents dans les rapports publics, dans les travaux scientifiques et dans le corpus juridique et les spécificités éventuelles de ces définitions et indicateurs dans le champ de la vieillesse ;

- Deuxièmement, analyser la manière concrète dont ces définitions et critères de la vulnérabilité orientent et encadrent les parcours de la personne au grand âge.

Une de nos hypothèses de travail est que l’on devrait pouvoir identifier au moins deux modèles de vulnérabilité : l’un croise les catégories proposées par les chercheurs en sciences humaines et sociales, notamment dans le champ de l’analyse de la pauvreté et de l’exclusion, modèle qui a été fortement relayé par l’action publique et qui trouve des prolongements dans le domaine du vieillissement avec la notion de dépendance. L’autre est construit par le discours juridique à travers la notion d’incapacité juridique et par la loi qui affectent le citoyen lorsqu’il comme un « usager » des services médico-sociaux ou un « malade » dans les situations de soins, etc…

Pour appréhender cette coexistence, voire cette des modèles, attention particulière sera consacrée aux décisions prises dans les parcours des personnes de façon à mettre en lumière les types d’imbrication entre ces « modèles de vulnérabilité ».

L’investigation empirique a pour objectif d’éclairer les manières dont les configurations de soutien, auprès de ces personnes, ont recours de manière successive ou simultanément à ces différentes figures : « le malade » (inspiré du droit de la santé), « l’usager » (code de l’action social et des familles) et « le majeur » (droit civil). L’enquête sera menée à des moments de bouleversements des configurations de soutien, du fait de la survenue d’incapacités mettant en question la possibilité pour la personne de préserver seule son autonomie.

L’étude assurera un suivi des trajectoires sur un an, de manière à rendre des interactions.

Mots-clés

Vulnérabilité ; Vieillissement ; Santé

Équipes

CRDP

ARS

SOLO

IODE

Muriel REBOURG (CRDP) ; Yann FAVIER (CRDP) ; Agnès LOUIS-PECHA (CRDP) ; Dorothée GUERIN (CRDP) ; Elsa BURDIN(CRDP), Florence DOUGUET (ARS) ; Hervé HUDEBINE (ARS) ; Françoise LE BORGNE-UGUEN (ARS) ; Simone PENNEC (ARS) ; Sandra BASCOUGNANO (ARS) ; Claude MARTIN (EHESP) ; Martine BELLANGER (EHESP) ; Blanche LE BIHAN (EHESP) ; Karine LEFEUVRE-DARNAJOU (EHESP) ; Arnaud PESSON (EHESP) ; Sylvie MOISDON-CHATAIGNER (IODE-CRJO) ; Anne BOURRAT-GUEGUEN (IODE-CRJO)

Site en travaux

Site en travaux

Attention : un problème technique (serveur SQL) empêche l'accès à cette partie du site. Merci de votre compréhension.