Etude des interactions sociales chez les patients déments

Résumé

La dĂ©tĂ©rioration des habiletĂ©s de communication fait partie des premiers signes d’une dĂ©mence et accompagne frĂ©quemment les modifications du comportement et les troubles de mĂ©moire. Cette dĂ©tĂ©rioration accentue les situations de handicap vĂ©cues par les patients car elle interfère avec leur capacitĂ© Ă  exprimer leur dĂ©tresse et Ă  la partager avec autrui. Les difficultĂ©s de communication chez ces patients ne se limitent pas Ă  un dĂ©ficit de production et de comprĂ©hension des messages verbaux mais s’Ă©tendent Ă©galement Ă  une faible capacitĂ© Ă  reconnaĂ®tre les Ă©motions ressenties par autrui. Si ces troubles cognitifs contribuent surement Ă  l’isolement social des patients dĂ©ments, d’autres facteurs peuvent intervenir. Ainsi, les difficultĂ©s de communication pourraient aussi ĂŞtre liĂ©es Ă  un appauvrissement du monde imaginaire du sujet, rendant son insertion dans le symbolique fragilisĂ©. Ces pertes imaginaires et symboliques pourraient ĂŞtre comprises Ă  travers les liens avec l’entourage, l’environnement et la structure de personnalitĂ© prĂ©existants Ă  la maladie. L’objectif de cette Ă©tude est donc de mieux comprendre les raisons qui conduisent Ă  un isolement social des patients en utilisant deux approches complĂ©mentaires (cognitive et psychopathologique). Mots-clĂ©s pragmatique ; thĂ©orie de l’esprit ; psychopathologie ; maladie d’Alzheimer

Équipes

Noël, A. et al

Partenaires

Laboratoire de psychopathologie clinique EA 4050 ; Centre de Recherche sur la Cognition et l’Apprentissage (CeRCA), UMR CNRS 6234.