Site en travaux

Attention : un problème technique (serveur SQL) empêche l'accès à cette partie du site. Merci de votre compréhension.

Dans la même rubrique...

Axe 1 : Représentation du vieillissement (logo)Axe 1 : Représentation du vieillissement

Les enjeux et les usages de(s) construction(s) sociale(s) de la vieillesse et du vieillissement concernent les différentes disciplines : histoire, économie, anthropologie, etc., dans les domaines de l’action publique, des milieux sociaux, de la famille, des femmes et des hommes, etc. Les représentations sociales des âges, substrat des catégorisations dont les vieilles personnes font l’objet, sont plurielles dans l’histoire des sociétés et des cultures comme en témoignent documents et récits de divers ordres. Trois thématiques sont ici retenues : trajectoires individuelles et cycle de vie ; continuité et/ou événements rupteurs ; relations intergénérationnelles.

Structuration des cycles de vie

Les temporalités du cours de la vie ont toujours fait l’objet de modélisations se rapportant au corps et aux étapes de la vie. Dans plusieurs pays, les régulations des trajectoires individuelles et collectives sont actuellement soumises à la modification et à la déchronologisation des passages : accès au travail, entrée dans la vie adulte, la conjugalité et la parentalité, rupture et/ou cessation d’activité professionnelle, etc. L’affaiblissement des bornages chronologiques, consécutif à des temporalités plus longues et plus diversifiées, s’accompagne d’une déstandardisation des statuts et de leur ordre de passage. Les représentations de l’avenir rendues plus instables se répercutent sur les projets personnels et sur l’anticipation des interactions entre l’individu et son environnement. Les modes de prise en compte des risques dans l’organisation sociale, plus ou moins individualisés ou socialisés, conduisent à des degrés de sécurisation-insécurisation des parcours dont les effets sont et seront sensibles aux temps de la retraite et du grand âge.

Événements et Transitions

Les événements de vie, anticipés ou imprévus, marquent des ruptures dont les répercussions induisent des modifications au niveau individuel et/ou collectif. Les événements considérés comprennent ceux du cours de la vie ordinaire et d’autres plus exceptionnels propres aux individus (diverses formes « d’accidents de parcours ») et aux contextes socio-historiques particuliers (périodes socio-économiques, conflits sociaux, guerres, etc.) Les transitions auxquelles donnent lieu les événements biographiques peuvent confirmer les valeurs et les choix des individus ou conduire à des remaniements dans les modes de vie et parfois redéfinir les positionnements identitaires. Ces transitions requièrent des adaptations fondées sur l’expérience subjective ainsi que sur les ressources familiales et environnementales qui contribuent aux différentes stratégies déployées. L’avance en âge comporte des processus de recomposition des engagements dans la vie sociale et les investissements plus solitaires. La participation des jeunes retraité(e)s à des activités, associatives ou plus informelles, manifeste le prolongement de leurs pratiques précédentes ou l’entrée dans de nouvelles dynamiques collectives. De tels changements sont notables également dans les modes de consommation et de loisirs. Certains événements générateurs d’incertitude, de stress, de souffrance peuvent conduire à des désengagements de l’individu dont les incidences vont porter également sur son entourage et sur les services.

Générations sociales et générations familiales

Le développement de la longévité met en présence plusieurs générations de retraités dont les modes de vie sont diversifiés du fait des ressources socio-économiques et des états de santé. Evalués comme un potentiel économique, les nouveaux retraités et l’ensemble des générations aînées représentent aussi un pouvoir socio-politique dont l’influence dans l’exercice de la citoyenneté est à prendre en considération. La diversité des trajectoires individuelles modifie les relations entre les générations et le système de réciprocité au niveau familial et socio-économique. Les parcours socio-historiques et les références idéologiques des individus concernés sont distincts également selon les cultures, selon le genre et selon leurs relations sociales. Au plan familial, la génération pivot contribue aux besoins des jeunes adultes -non insérés dans le travail et/ou jeunes parents- et des parents âgés en situation de handicaps. Les disparités intergénérationnelles, au sein des familles et au plan des sociétés, sont sources d’inégalités sociales importantes qui mettent en question la responsabilité des soutiens dans les systèmes de protection sociale (retraite et santé) et dans la répartition des charges de famille entre les sexes. L’articulation des services au sein de la parenté et dans l’ensemble de la société met alors en question le contrat social et les normes de solidarité entre les classes et entre les sexes. Se conjuguant majoritairement au féminin, la vieillesse au grand âge et le soin à son égard sont encore synonymes de précarité des conditions de vie.

Site en travaux

Site en travaux

Attention : un problème technique (serveur SQL) empêche l'accès à cette partie du site. Merci de votre compréhension.