Site en travaux

Attention : un problème technique (serveur SQL) empêche l'accès à cette partie du site. Merci de votre compréhension.

Dans la même rubrique...

Axe 2 : Politiques, Territoires et Services (logo)Axe 2 : Politiques, Territoires et Services

Les politiques publiques concernant la population âgée et, plus globalement, l’organisation sociale des âges, depuis l’activité professionnelle jusqu’à la retraite et les services de santé, contribuent à la formation des représentations sociales relatives aux trajectoires et cycles de vie déterminant les formes diversifiées de l’avance en âge. En matière d’emploi, le développement des préretraites et des cessations anticipées a contribué à des fins de carrières déqualifiées, voire précaires, tandis que l’arrivée à la retraite de personnes de plus en plus jeunes à constituer une nouvelle classe d’âge intermédiaire. Les politiques familiales, les politiques de santé et de protection sociale construisent des rôles spécifiques aux individus selon les temps de la vie au travers d’affectations fortement marquées par les répartitions sexuées. La mise en œuvre de l’articulation des actions en matière de handicap, d’action médico-sociale ainsi que les politiques de la ville et du logement relèvent des dispositifs de territorialisation, entre planification et décentralisation, et des régulations croisées de différents pouvoirs. Les politiques de santé et de services sociaux mettent aussi en jeu des droits et des obligations selon les évolutions des dispositions légales. Ces dispositifs influencent l’organisation juridique des liens familiaux et les services au sein de la parenté. L’organisation de l’accompagnement des handicaps et du vieillissement au grand âge reflète les choix de sociétés en matière de financement, d’accessibilité et d’offre des services et des compétences professionnelles sur les territoires. Les attributions en matière d’action sociale et de santé, leurs articulations et les déontologies respectives dépendent aussi des représentations et des attentes envers les métiers de service et les métiers du soin. Entre réponses sanitaires et réponses médico-sociales ou sociales, de fortes discontinuités sont perceptibles dans le contexte français, à la différence d’autres pays. Les études s’appuient sur l’analyse historique et intègrent une perspective comparée au plan européen et international dans le prolongement des travaux établissant une relation entre modèles de protection sociale et types de mesures en direction des populations en situation de handicaps. Les recherches portent aussi sur les conditions de transférabilité des modes de régulation présents dans les différents pays pour le secteur du vieillissement et du handicap.

Protection rapprochée des familles et protection collective par la solidarité nationale

Les effets des politiques sur les individus âgés et sur leur milieu de vie sont également appréhendés dans leurs dimensions microsociales à travers l’analyse des relations entre proches et parents, notamment dans les recours aux services professionnels et dans les processus en jeu lors des prises des décisions importantes. Les rapports intergénérationnels, intra et inter familiaux, sont également étudiés en prenant en considération les différences entre les milieux sociaux et les rapports de genre. Les dimensions socio-économiques structurent le « contrat familial » sous l’emprise des normes et valeurs des mondes sociaux des individus encadrés par les dispositifs publics, sociaux et de santé, et les règles des milieux professionnels. Les études relatives à l’exercice familial des mesures de protection de justice et à la monétarisation du soin filial montrent comment les politiques publiques construisent des pratiques de santé différentes selon les milieux sociaux et selon les sexes. Si le soin profane s’inscrit dans la protection rapprochée des individus tandis que les systèmes de protection sociale renvoient aux solidarités collectives, les comparaisons entre les pays font clairement apparaître que les normes, des « obligations familiales » par exemple, parfois naturalisées (les rôles maternels, parentaux, filiaux, etc.) révèlent les modalités de leurs impositions publiques. Les questions de citoyenneté et de pouvoirs de parole et de choix sont également retenues en se situant au plan des territoires, des institutions et en considérant les atteintes aux capacités de représentation de soi. Pour l’ensemble des points évoqués, la problématique des rapports de genre est développée pour tenir compte des effets des politiques sur les personnes au centre des dispositifs étudiés et sur leur entourage.

Site en travaux

Site en travaux

Attention : un problème technique (serveur SQL) empêche l'accès à cette partie du site. Merci de votre compréhension.