Axe 4 : Vulnérabilités, Handicaps et Incapacités (logo)Axe 4 : Vulnérabilités, Handicaps et Incapacités

La mobilisation de travaux scientifiques sur les questions des handicaps, des incapacités et des vulnérabilités constitue une perspective heuristique de plusieurs points de vue pour rendre compte des processus du vieillissement.

Définitions et terminologies dans le champ de la vieillesse

Comment cette terminologie du handicap, des incapacités et des vulnérabilités s’installe-t-elle dans le champ de la vieillesse ? Lorsque sont caractérisées les populations dites « âgées », des articulations et substitutions entre ces notions et ces concepts ont pu être identifiées et peuvent être discutées. L’analyse des termes d’incapacité, de fragilité, de dépendance, de risque, de précarité et d’exclusion, ainsi que l’étude de la diversité des indicateurs mobilisés pour les repérer permettent d’identifier les problématiques et les modèles théoriques des différentes disciplines (la littérature, la linguistique, l’histoire, la médecine, la philosophie, la psychologie, le droit, la sociologie, etc.).

Permanences et ruptures du pouvoir, des capacités et des compétences des individus aux âges élevés

Le vieillissement est susceptible d’affecter les conditions d’exercice du pouvoir d’un individu sur la conduite de son existence, sur l’accomplissement des actes de la vie civile et sur sa place dans la cité. Les environnements sociaux (habitat, modes de vie, accès aux services), les formes d’entourage familial et amical maintiennent les compétences des individus ou font apparaître plus précocement des incapacités. Ils ont des effets sur la définition des caractéristiques d’une personne et de sa situation : l’entrée dans la situation de handicaps, dans une situation dite à risque, la nécessité du recours à autrui au quotidien et la référence à des personnes de confiance dans des moments particuliers du soin. L’exploration de ce qui fait la construction de ces situations et de ces moments du parcours du vieillir mérite d’être précisée.

Précarité socio-économique, vulnérabilité relationnelle et offre de services

Les effets croisés des positions sociales et socio-économiques, du genre et également des protections sociales ou de l’assurance sont déterminants de l’organisation des carrières et des modes de sortie de l’activité professionnelle. Ils affectent aussi l’organisation de la vie quotidienne lorsque des besoins de soutien émergent. Dans ces domaines, les modes d’action envisagés pour l’accès aux services et aux biens des citoyens âgés, renvoient à des modèles d’analyse produits par l’économie, la gestion, le droit, la médecine. L’appropriation des services existants dans le champ sanitaire et médico-social, la possibilité de faire coïncider certaines attentes avec les services accessibles et disponibles, deviennent des enjeux majeurs des conditions de vie aux âges élevés. Maintien à domicile, accès à des hébergements, services de répits : les possibilités d’accès aux services et aux équipements (compensations du handicap) dépendent de l’action institutionnelle dans le domaine de la santé (soins, décisions médicales, santé publique) et de l’accompagnement social (ressources relationnelles, risques, précarité, citoyenneté). La prise en compte des dimensions des vulnérabilités et de leur imbrication devient nécessaire dans le parcours du vieillir. La vulnérabilité économique, dont rend compte le concept de précarité, peut se cumuler avec une vulnérabilité socio-sanitaire et une vulnérabilité relationnelle. Selon les pays et les publics considérés, selon les orientations des politiques publiques, les formes de citoyenneté et les dynamiques de soutien peuvent s’en trouver renforcées ou se voir affaiblies. Les fondements des obligations, des responsabilités et des normes et valeurs marquent la dynamique des liens de parenté et, de manière plus large, les liens individus- société.